Vous êtes ici : Le guide de la Finance > Placements > 3 idées de placement 2024 en bon père de famille !

3 idées de placement 2024 en bon père de famille !

3 idées de placement 2024 en bon père de famille !

Selon la FBF, les Français ont l’un des taux d’épargne le plus élevé avec 16,8 % au 1er trimestre 2024. Cette épargne profite aux placements mobiliers et aux placements financiers. Ces derniers représentent un encours total d’environ 6 000 Md€. Placer son argent, c’est avant tout constituer un capital de précaution, c’est aussi le faire fructifier en vue d’un projet précis. L’offre de placements destinés aux épargnants ou aux investisseurs particuliers est nombreuse sur le marché. Intéressons-nous dans cet article aux placements raisonnables avec 3 idées de placement 2024 “en bon père de famille”.

Que faut-il faire avant de placer son argent ?

Les épargnants qui souhaitent placer leur argent et l’investir doivent au préalable se poser quelques questions :

  • Quelle est ma capacité financière ?
  • Pourquoi placer mon argent ?
  • Quel type d’épargnant je suis ?
  • Combien de temps placer mon épargne ?

L’idée est d’adapter ce qu’on l’on va faire, à ce que l’on a et ce que l’on est. Pour cela, il faut réaliser un bilan patrimonial, fixer ses objectifs et son horizon de placement et évaluer son profil investisseur. L'épargnant peut réaliser lui-même cette analyse avec un simulateur gratuit. Mais nous préconisons l’aide d’un professionnel comme un conseiller financier, un courtier en placement financier, un banquier ou un gestionnaire en patrimoine.

1 - Réaliser un audit patrimonial

Pour réaliser des placements, il est judicieux de réaliser un bilan patrimonial. Il offre une vision globale des actifs et du passif. Il prend en compte la situation fiscale, financière et successorale de l’épargnant. Avec ce bilan, l'épargnant met en place une stratégie d’investissement pour optimiser son patrimoine. Pour effectuer cet audit, il est nécessaire de réunir plusieurs documents attestant :

  • des revenus professionnels ;
  • des revenus fonciers ;
  • du montant de l’épargne ;
  • des emprunts en cours ;
  • des biens immobiliers ;
  • des donations ;
  • de la situation familiale.

2 - Déterminer ses objectifs de placement

L’autre élément à analyser pour effectuer des placements en 2024, c’est celui des objectifs. Ceux-ci ont un impact sur la durée des placements à court, moyen ou long terme. La stratégie d’investissement ne sera pas la même si l’épargnant a le temps ou s'il va avoir besoin de liquidités rapidement. Plusieurs raisons peuvent inciter à placer son argent :

  • Faire fructifier ses économies.
  • Transmettre son patrimoine.
  • Accéder à la propriété.
  • Financer les études de ses enfants.
  • Bénéficier de revenus complémentaires à la retraite.
  • Défiscaliser.
  • Donner du sens à son épargne.
  • Éviter l’érosion monétaire, etc.

Selon l'objectif, l'horizon de placement n’est pas le même. Préparer sa retraite suggère un horizon plus lointain que financer les études de ses enfants.

3 - Définir son profil investisseur

Enfin, le 3e point à définir avant de placer son argent, même raisonnablement, c’est celui de son profil investisseur. Il s’agit de sa tolérance ou de son appétence au risque. Les experts dénombrent trois profils : le profil prudent, le profil équilibré et le profil dynamique. Plusieurs paramètres permettent de le définir comme :

  • sa personnalité ;
  • sa situation familiale ;
  • son âge ;
  • ses objectifs ;
  • son temps disponible ;
  • son expérience ;
  • son horizon de placement ;
  • son patrimoine.

Un couple avec des enfants sera plus prudent dans ses choix de placement à contrario d’un célibataire, tout comme un senior âgé de 50 ans versus un presque retraité de 60 ans.

Quels sont les 3 placements raisonnables en 2024 ?

En laissant ses économies sur un compte courant, le particulier place son argent, mais ce capital ne lui rapporte rien, voire il se déprécie avec l’inflation. Pour gagner de l’argent avec son épargne, il faut le placer ou plus précisément l’investir pour qu’il se valorise. Selon les placements choisis, les performances ou les rendements seront plus ou moins intéressants. Ces gains se matérialisent sous la forme d’intérêts ou de dividendes. Tous les épargnants n’ont pas le profil d’un trader. La plupart préfèrent placer leur argent “en bon père de famille”. À noter que cette notion a été supprimée du Code civil en 2014 pour être remplacée par raisonnable. Une gestion raisonnable de son épargne ou de son patrimoine consiste, selon les experts, à :

  • Acquérir son logement.
  • Épargner a minima 10 % de ses revenus.
  • Diversifier ses placements.
  • Optimiser sa fiscalité.

Un placement raisonnable en 2024, c’est opter pour une gestion équilibrée, c’est-à-dire une gestion sécurisée avec une prise de risque calculée. L’épargnant raisonnable pense à ses proches et est attentif aux biens qu’ils possèdent. Dans cette optique de maîtrise et d’adaptation, voici 3 idées de placements raisonnables en 2024.

1 - Opter pour les livrets réglementés

La 1re idée de placement 2024 “en bon père de famille” est celle des livrets réglementés. Il s’agit notamment du livret A et du LDDS qui sont des placements totalement sécurisés. Ils offrent une rémunération annuelle de 3 %, certes peu élevée, mais tout de même plus intéressante que de l’argent laissé sur un compte courant. Le taux du livret A et du LDDS est fixé par l'État. Les intérêts se cumulent chaque année par effet cliquet. Ces produits d'épargne sont liquides, c’est-à-dire que l’argent est disponible de suite en cas de besoin. C’est pourquoi, il est recommandé d’utiliser le livret A ou le LDDS pour son épargne de précaution. Celle-ci doit correspondre à 6 mois de salaire. Le capital d’un livret A et d’un LDDS est garanti, mais plafonné à 22 950 € pour le premier et 12 000 € pour le second. Les deux produits se cumulent une fois que le plafond est atteint sur l’un des contrats.

2 - Investir dans la pierre

La 2e idée de placement 2024 “en bon père de famille” est celle de la pierre, autrement dit investir dans un placement immobilier. Malgré la hausse des taux d’intérêt des crédits, le marché de l’immobilier reste encore intéressant à long terme pour constituer un patrimoine. La pierre demeure une valeur refuge avec une prise de risque raisonnable qui a su résister à diverses crises économiques. Dans la pierre, l’épargnant peut investir directement, indirectement ou via un placement participatif.

1 - Le placement immobilier direct

Investir dans la pierre peut se faire avec un placement immobilier direct en achetant un appartement pour le louer. Les zones géographiques en tension locative sont à privilégier. La mise de départ est importante en fonds propres ou à crédit avec un apport personnel. Mais les mensualités sont pratiquement remboursées par effet de levier avec l’encaissement des loyers. Une fois le crédit soldé, les loyers perçus constituent un complément de revenus ou le bien peut être revendu avec une plus-value potentielle. Des dispositifs de défiscalisation existent. Ce placement 2024 raisonnable demande du temps et la prise en compte des frais annexes comme l’entretien ou la taxe foncière. De plus, les loyers impayés ou les dégradations nécessitent la souscription d’assurances spécifiques.

2 - Les parts dans une SCPI de rendement

Pour un placement 2024 raisonnable dans l’immobilier, les experts conseillent la pierre papier. Il s’agit d’acheter des parts du patrimoine immobilier que possède une société civile de placement immobilier ou SCPI. Ces parts sont accessibles même avec un petit investissement de départ. La SCPI de rendement est un fonds d’investissement non coté qui permet aux épargnants d’investir dans l’immobilier de manière collective et en mutualisant les risques. Les épargnants perçoivent des rendements nets trimestriels tirés des loyers collectés par la SCPI et proportionnels aux parts détenues. La SCPI s’occupe de toute la gestion. La diversification et le nombre de biens loués diminuent le risque de vacance locative. Avec des rendements moyens de 4,5 %/an, les épargnants ont une bonne perspective de rentabilité à long terme pour une faible prise de risques. De plus, la fiscalité est avantageuse selon sa tranche marginale d’imposition.

3 - Le crowdfunding immobilier

Enfin, le crowdfunding immobilier semble être une idée de placement 2024 raisonnable. Avec un rendement moyen de 9 % brut/an, ce type d’investissement à court terme se démocratise. Le principe consiste en une levée de fonds participative pour financer des projets immobiliers. Ainsi, avec une mise de départ de 1 000 €, l’épargnant achète avec d’autres épargnants des bouts de biens immobiliers. À l’issue de l’opération qui dure en moyenne de 12 à 36 mois, le capital est restitué assorti des plus-values promises. Le profit peut être amputé si les biens se vendent en dessous de leur valeur ou s’ils ne se vendent pas tous. Sauf faillite du promoteur, le risque de perdre son capital est faible. Il convient de privilégier les sites de crowdfunding agréés par l’Autorité des marchés financiers, l’AMF.

3 - Choisir des contrats multisupport

Un placement 2024 “en bon père de famille” ne signifie pas prendre aucun risque du tout. L’idéal est de diversifier ses placements financiers en optant pour des contrats multisupport comme l’assurance vie ou le PER. Ces deux outils financiers et d’épargne comportent plusieurs supports comme des fonds en euros et des unités de compte. Avec les premiers, le capital est garanti, mais les rendements sont faibles de 2 à 3 %/an. Avec les seconds, l’épargnant peut escompter une valorisation plus attractive de 4 à 10 %/an, mais avec un risque de perte en capital. Les UC sont soumises à la fluctuation des marchés boursiers. Ainsi, l’épargnant raisonnable constitue :

  • Une enveloppe sans risque avec des emprunts d’État.
  • Une enveloppe à faible risque avec des obligations d’entreprise notées de triple A à triple B.
  • Une enveloppe plus risquée avec des unités de compte en actions comme des titres vifs et des fonds d’investissement actifs.

L’assurance vie

L’assurance vie est un produit de placement 2024 raisonnable pour peu que l’assuré constitue un portefeuille d’actifs sécurisés en gestion libre ou pilotée. Le capital d’une assurance vie est disponible, non imposé et la taxation des plus-values est minorée après 8 ans de contrat. Une assurance vie est souscrite en cas de décès, en cas de vie ou mixte vie/décès. Lors du décès de l’assuré, le capital est transmis hors succession aux bénéficiaires désignés. En cas de vie, l’assureur restitue à l’assuré les primes versées majorées des gains. La sortie peut se faire sous la forme d’un capital unique ou fractionné ou sous la forme d’une rente viagère.

Le PER

Le PER, pour plan épargne retraite, est également un outil de placement 2024 raisonnable à long terme. Il sert à préparer sa retraite en constituant un capital pendant la vie active pour compléter sa pension. Le gestionnaire du contrat sécurise le capital à mesure que l’âge de la retraite approche. Au moment de la retraite, l’assuré liquide son PER sous la forme d’un capital unique ou fractionné ou sous la forme d’une rente viagère. A contrario de l’assurance vie, le capital d’un PER est bloqué sauf six cas exceptionnels de déblocage anticipé comme l’achat de la résidence principale. Le capital est imposé quand l’épargnant choisit de défiscaliser les versements volontaires effectués à l’entrée.

Pour conclure, si les placements sans risque sur un livret A ou un LDDS sont à la portée de tous les épargnants raisonnables, les autres types de placement peuvent être plus difficiles à appréhender. Se faire conseiller et accompagner par un courtier en assurance vie ou un courtier en PER est une solution. Cet expert connaît bien le secteur financier, mais aussi assurantiel et bancaire. Il aide à choisir les placements “en bon père de famille” après avoir analysé le patrimoine, le profil et les objectifs de son client.

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers

  • Fiscalité de l'assurance vie : tout comprendre ! Fiscalité de l'assurance vie : tout comprendre ! Depuis la loi de finances de 2018, le gouvernement a réformé la fiscalité des revenus du capital. L'objectif est de simplifier et de réduire la fiscalité de l’épargne pour les capitaux...
  • Quel rendement peut-on attendre d'une SCPI ? Quel rendement peut-on attendre d'une SCPI ? Quel que soit le type d’investissement réalisé, les épargnants cherchent à obtenir le meilleur rendement possible pour valoriser leur capital. Le rendement d’un investissement...