Vous êtes ici : Le guide de la Finance > Investir > Investir dans la vigne sans l'exploiter : la solution du GVF ! Quels risques ?

Investir dans la vigne sans l'exploiter : la solution du GVF ! Quels risques ?

Investir dans la vigne sans l'exploiter : la solution du GVF ! Quels risques ?

Les investisseurs français sont nombreux à diversifier leur patrimoine dans la vigne. Acquérir des terres viticoles fait souvent partie d’un vieux rêve. Actuellement, acheter de la vigne est intéressant pour agrandir son propre patrimoine, mais également pour bénéficier d’avantages fiscaux. Il existe aussi des risques. Nous allons ici vous expliquer comment investir dans la vigne sans l’exploiter et vous indiquer les avantages et inconvénients d’une telle acquisition.

Comment investir dans un vignoble ?

Il est possible d’investir dans le vin de deux façons : acheter des bouteilles de vin ou acquérir une partie d’un vignoble. Dans les deux cas, cet investissement est non spéculatif, car il se fait souvent par passion et permet de diversifier son patrimoine. Ainsi, un investissement dans une vigne n’est pas un placement financier, mais permet d’acquérir une terre agricole à un sage de vignoble. Cet investissement peut quand même être rentable et génère des avantages fiscaux.

Les démarches administratives pour acquérir de la vigne

Pour acquérir de la vigne, il faut envoyer au Préfet du département une demande d’autorisation d’exploitation. Cette démarche est indispensable, car vous êtes l’acquéreur et non l’exploitant. Par ailleurs, elle est également nécessaire si la surface du domaine convoité est supérieure à celle fixée par le SDREA ou Schéma Directeur Régional des Exploitations Agricoles.

Choix du vignoble

Une fois que vos démarches administratives sont effectuées, vous allez devoir choisir le domaine, son appellation et son cépage. Avant de commencer, vous devez connaître l’état de la production de vins des années antérieures. Il faut aussi vous intéresser aux :

  • Stocks
  • Type de commercialisation du vin
  • Voir la vente en bouteilles

Investir dans un GVF ou Groupement Foncier Viticole

Si vous n’avez pas les connaissances suffisantes ou les moyens matériels d’acquérir un domaine viticole, vous pouvez acheter des parts de vignobles par le biais d’un GVF ou Groupement Foncier Viticole. Ce GVF est similaire aux groupements forestiers et c’est un FCP ou Fonds Commun de Placement. Ainsi, plusieurs investisseurs se regroupent pour acquérir des parts auprès du gestionnaire. Le gestionnaire professionnel va prendre alors en charge chaque étape de l’investissement, soit :

  • La recherche de l’exploitant viticole
  • Le domaine viticole
  • La gestion de la vigne et de la commercialisation du vin, etc.

Dans ce cas, chaque investisseur touchera sa quote-part chaque année en fonction des parts qu’il a acquises.

Quel est le prix d’une part de GVF ?

Le prix d’une part de GVF dépend de la zone géographique où est situé le domaine ainsi que de son appellation. Les premiers prix se situent autour de 2 000 € et vont jusqu’à environ 20 000 €. Les rendements observés ces dernières années vont de 1 % à 4 %. On note également que les petits domaines non connus du grand public sont souvent les plus rentables que les domaines de prestige sur le long terme.

Fiscalité d’un investissement viticole

L’investissement viticole est avantageux au niveau de sa fiscalité notamment dans les parts acquises par les GVF. Tout d’abord, il faut souligner que les revenus des parts de GVF sont des revenus fonciers. Bien que le capital ne soit pas garanti, les investisseurs soumis à l’IFI ou impôt sur la fortune immobilière et la transmission ont des avantages sur le plan fiscal. Selon le revenu foncier annuel que vos parts génèrent, vous ne serez pas soumis à la même imposition foncière. Ainsi, si vous percevez :

Moins de 15 000 € par an de revenus fonciers, vous aurez tout avantage de bénéficier du régime microfoncier bénéficiant d’un abattement de 30 %. Si vous n’optez pas pour le microfoncier, vous serez imposé en fonction des règles classiques d’imposition. Si vous avez souscrit un emprunt pour acquérir ces parts, les intérêts pourront être déduits de vos revenus fonciers réels.

Le GVF et l’impôt sur la fortune

Si vous êtes imposable à l’impôt sur la fortune et que vous avez investi dans des parts de GVF, vous pouvez déduire :

75 % de la valeur de vos parts dans la limite de 101 897 €

50 % de la valeur de vos parts passé ce montant.

Que le capital soit fixe ou variable, la déduction s’applique à tous les GVF, mais il faut que vous soyez propriétaire de vos parts depuis deux années pleines au moins.

Cession de parts de GVF et plus-values immobilières

Lorsque vous vendez des parts GVF, elles peuvent être soumises aux plus-values immobilières. La plus-value suit le barème progressif, mais elle a l’avantage de bénéficier d’un abattement de :

  • 6 % par année de la sixième année à la vingt-et-unième année de détention
  • 4 % pour la vingt-deuxième année de détention.

Cette plus-value est de 19 % nette et il faut y rajouter les prélèvements sociaux dont le pourcentage est de 17,2 %.

Pour finir, il existe des risques lorsque vous investissez dans de la vigne, car votre capital n’est jamais garanti. Si un tel investissement vous intéresse, utilisez un comparateur en ligne gratuit. Vous recevrez des propositions de gestionnaires de GVF sans aucun engagement de votre part. Vous pourrez ensuite investir dans la vigne qui vous convient le mieux.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers