Vous êtes ici : Le guide de la Finance > Défiscalisation > Investir en groupement forestier (GFI et GFF) : fonctionnement et avantages fiscaux

Investir en groupement forestier (GFI et GFF) : fonctionnement et avantages fiscaux

Investir en groupement forestier (GFI et GFF) : fonctionnement et avantages fiscaux

Vous désirez diversifier vos investissements ou cherchez un nouveau produit financier pour défiscaliser. Il existe de nombreuses solutions et les forêts en sont une en période de crise.

Elles rapportent d’une année sur l’autre grâce au droit de chasse ou de la vente de bois. Investir directement dans une forêt est très cher et difficile à gérer. Il existe ainsi les groupements forestiers GFF et GFI qui ont été créés pour que cet investissement soit possible dès 5 000 € en délégant la gestion à des professionnels qui vont diversifier votre investissement dans un parc forestier. De plus, l’avantage fiscal correspond à une réduction de 25 % d’impôt sur le revenu.

Pourquoi investir dans des GFI et GFF ?

Lorsque vous êtes en possession d’investissements classiques comme une épargne en fonds d’euros, en action ou dans l’immobilier à long terme, vous avez la possibilité de rajouter à vos actifs d’autres valeurs refuge sur du long terme pour optimiser votre fiscalité et votre succession. Actuellement, l’investissement dans un groupement forestier et l’investissement en or sont des valeurs refuges. En dehors de l’utilité écologique et économique, vous pourrez obtenir des revenus réguliers tout en obtenant des avantages fiscaux.

Investir dans des GFI et GFF, une action socialement responsable

En France, les bois et forêts couvrent le sol du territoire à raison de 30 %. Le bois est une ressource écologique tout en étant un poumon pour le pays, voire pour la planète. Cette matière première qu’est le bois, sert au chauffage, à la papeterie, à la construction, à l’ameublement, etc. Cette industrie fait travailler plus de 450 000 personnes dans le pays. Investir dans un GFF et GFI est un investissement socialement responsable. Les forêts doivent être entretenues et reboisées tout en contribuant à l’équilibre de la biodiversité. La France importe du bois malgré ses ressources importantes sur son sol. Ainsi, l’État encourage les investisseurs à acquérir des parts de GFF et GFI par le biais d’avantages fiscaux afin de devenir autonome dans l’avenir sur ce marché.

Revenus générés par les GFF et GFI

Les groupements forestiers vendent des parts aux investisseurs qui deviennent des associés en fonction de leur quote-part. Les revenus générés par an, sont de l’ordre de 1 % à 2 %. Leur rendement est historiquement stable, mais modérés et connaissent ainsi une faible volatilité. Ce rendement peut légèrement varier selon l’évolution du cours des essences de bois. Par contre, cette rentabilité ne se fait pas que sur ces revenus, mais aussi sur la valeur des forêts et donc sur l’évolution du prix des parts. Ainsi, l’an dernier, le prix de l’hectare de forêt a dépassé 2,3 %. Cette valeur progresse par l’effet accumulé de l’évolution du coût à l’hectare selon la demande et l’offre, ainsi que de la densification des forêts. Actuellement, le prix moyen de l’hectare est de 4 300 €. S’il s’agit d’une forêt de chênes, il faut compter alors 15 000 € l’hectare.

Volatilité des GFF et GFI

Les groupements forestiers sont déconnectés des autres marchés comme les marchés immobiliers et financiers. Ils évoluent donc en dehors des crises économiques. En trois ans, on peut noter que le prix du bois a pris 9 % alors que les autres marchés ont perdu 10 %. Pendant la crise covid, les forêts ne sont pas atteintes contrairement à l’immobilier et aux entreprises. Le prix du bois peut également baisser, car aucune hausse n’est garantie comme lors de la tempête en 1999.

Les GFF et GFI et la fiscalité

En dehors des revenus que rapportent les GFF et GFI, la défiscalisation est avantageuse ainsi que les autres avantages fiscaux. Ainsi, vous avez droit à :

  • 25 % de réduction d’impôt du montant investi (possible chaque année)
  • Exonération de l’impôt sur la fortune ou IFI
  • Exonération partielle des droits de succession à hauteur de 75 % de la valeur des parts de groupement forestiers ou valeur investie en actifs forestiers.

Ces avantages fiscaux ne sont pas négligeables, mais s’ils existent, c’est qu’il y a des contreparties comme l’investissement sur le long terme et le risque de perte en capital.

Les inconvénients des investissements dans les GFF et GFI

Quand on investit dans des GFF et GFI, il faut être conscient qu’il existe des inconvénients. Ainsi, cet investissement est peu liquide, car la transmission et la revente peuvent prendre du temps. Le risque n’est pas nul, mais la liquidité est meilleure sur les GFI que sur les GFF qui ne restreignent pas le nombre d’investisseurs et le montant d’encours. Ainsi, les associés peuvent se retirer partiellement ou totalement en fonction des conditions prévues dans les statuts.

Le risque existe, mais il est modéré, car l’évolution du prix de l’hectare de bois n’est pas garantie. Ainsi, ce marché peut être en hausse ou en baisse et la perte en capital existe s’il y a des aléas climatiques. Il faut donc minimiser le risque en investissant dans :

  • Des groupements financiers dans différentes zones géographiques
  • S’assurer que le gérant a souscrit une assurance tempête incendie
  • Que l’investissement recommandé soit sur du long terme (10 ans)

Gestion du groupement forestier

Il n’existe aucune gestion à assurer dès l’instant ou le groupement forestier est géré par des professionnels au contraire d’une forêt acquise en direct où il faut exploiter par ses propres moyens. Une fois par an, vous recevez le reporting de la société de gestion et vos revenus à déclarer.

Différences entre GFF et GFI

Le GFF est un groupement foncier forestier existant depuis 1954 pour favoriser le reboisement et la conservation des forêts. En général, le GFF est intra-familial et la liquidité des parts est réduite.

Le GFI est un groupement forestier d’investissement créé en 2019 par l’AMF ou autorité des marchés financiers à l’initiative de France Valley. Le GFI est donc plus liquide que le GFF, il est agréé par l’AMF et la responsabilité des associés est limitée à leurs apports.

La réduction d’impôt dans le cadre d’un investissement forestier

Nous avons vu que la réduction d’impôt correspond à 25 % des sommes investies dans le prix d’acquisition des parts des GFF ou GFI. Par contre, il existe une limite annuelle. Ainsi, les parts sont :

  • Pour les parts nouvelles émises, elles sont plafonnées à 50 000 € pour une personne seule ou 100 000 € pour un couple marié ou pacsé. La réduction sera donc de 12 500 € ou 25 000 €. Dans ce cas, les parts, doivent être détenues pendant cinq ans et demi au minimum.
  • Pour les parts acquises sur le marché secondaires, elles sont de 5 700 € maximum pour une personne seule et 11 400 € pour un couple marié ou pacsé correspondant respectivement à 1 425 € ou 2 850 € de réduction sur l’impôt sur le revenu. Dans ce cas, elles doivent être détenues pendant huit ans et demi au minimum avant d’être revendues.

Attention : ces réductions d’impôts entrent dans le plafonnement global des avantages fiscaux de l’impôt sur le revenu limité à 10 000 €. Par contre, leur excédent est reportable sur les quatre années suivantes.

Considérées comme des valeurs mobilières, les parts de GFF et GFI sont exonérées en totalité de l’IFI et de 75 % des droits de mutation lors des donations ou successions.

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers

  • FCPI : fonctionnement, avantages, inconvénients, risques FCPI : fonctionnement, avantages, inconvénients, risques Vous désirez investir dans un produit financier tout en bénéficiant d’avantages fiscaux ? Sachez qu’il existe des placements très intéressants aujourd’hui. Le livret A défiscalisé ne...
  • Quelle différence entre FCPI et FIP ? Quelle différence entre FCPI et FIP ? Les FCPI (Fonds Communs de Placement dans l'Innovation) et les FIP (fonds d'investissement de proximité) sont des déclinaisons des Fonds Communs de Placement à risques (FCPR), destinés à...