Vous êtes ici : Le guide de la Finance > Retraite > Comment estimer le montant de sa future pension de retraite ?

Comment estimer le montant de sa future pension de retraite ?

Comment estimer le montant de sa future pension de retraite ?

Estimer le montant de sa future pension de retraite n’est pas une chose aisée tant les statuts et les situations de chaque actif peuvent être variés. Il faut d’abord bien comprendre comment sa pension est calculée, quels sont les éléments pris en compte pour la chiffrer au plus près. Pour s’y retrouver, de nombreux simulateurs, notamment, sont mis à la disposition du public. Des outils qui permettent en quelques clics d’avoir une idée assez précise de ce que vous toucherez une fois à la retraite.

Bien comprendre comment est calculée sa retraite pour estimer sa future pension

Calcul de la retraite d’un salarié du secteur privé

Les salariés du secteur privé bénéficient une fois à la retraite du versement d’une pension par le régime général de l'Assurance vieillesse de la Sécurité sociale, aussi appelée retraite de base, et d’une pension complémentaire versée par l’Association générale des institutions de retraite des cadres - Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés (Agirc-Arrco).

La retraite de base

Le montant de leur pension de retraite de base est calculée selon la formule suivante :

Salaire annuel moyen x Taux de la pension

x [Durée d'assurance au régime général limitée à la durée d'assurance pour obtenir une pension taux plein (selon votre année de naissance) / Durée d'assurance pour obtenir une pension à taux plein]

Le salaire annuel moyen pris en compte correspond à la moyenne des salaires bruts ayant donné lieu à cotisations au régime général durant les 25 années les plus avantageuses de la carrière, y compris les éventuelles primes, heures supplémentaires, indemnités maternité, etc. Pour les salariés qui n’ont pas travaillé 25 ans, c’est la moyenne de leurs salaires bruts de leurs périodes travaillées qui est considérée.

À ce salaire annuel moyen est appliqué un taux de pension. Ce dernier est calculé en fonction de 3 critères : la durée d'assurance vieillesse tous régimes de base confondus, c’est-à-dire l’ensemble des trimestres validés ; les éventuelles périodes reconnues équivalentes ; et l’âge de départ à la retraite. Le taux de pension est maximum (soit 50 %), ce que l’on appelle le taux plein, si le salarié remplit les conditions de durée d’assurance vieillesse requises et s’il a atteint l’âge qui permet d’obtenir ce taux plein automatiquement.

Un salarié dont la durée d’assurance vieillesse est inférieure à la durée nécessaire pour avoir droit au taux plein voit son taux de pension minoré, c’est ce que l’on appelle une décote. Au contraire, si sa durée d’assurance est supérieure, ce taux est majoré (ce que l’on appelle une surcote).

La retraite complémentaire

Les salariés du privé cotisent obligatoirement au régime de retraite complémentaire l’Agirc-Arrco. Dans ce cadre, ils ne cumulent pas des trimestres mais des points qui sont convertis en pension à leur départ à la retraite, pension qui vient s’ajouter au montant de celle de base.

Les points acquis au cours de leur carrière professionnelle se transforment donc en un montant de pension de retraite qui est calculé en multipliant le nombre de points à leur actif par ce que l’on appelle la « valeur de service du point ». Cette dernière est aujourd’hui fixée à 1,2841 euros.

Leur situation en matière d’âge de départ à la retraite ou familiale (le fait d’avoir des enfants ou non), entre autres, majore ou minore le nombre de points et donc, au final, le montant de leur pension.

Calcul de la retraite d'un fonctionnaire

Comme les salariés du privé, les fonctionnaires bénéficient d’une retraite de base et d’une retraite complémentaire.

La retraite de base

La pension de retraite de base d’un fonctionnaire est calculée sur la base de leur traitement indiciaire qui dépend de leur grade et de leur échelon, de leur durée d’assurance vieillesse et de leur nombre de trimestres dits « liquidables », selon la formule suivante :

Traitement indiciaire brut x Pourcentage de liquidation x Coefficient de minoration ou de majoration

Le traitement indiciaire brut correspond à celui qu’un fonctionnaire détient depuis au moins 6 mois avant son départ à la retraite. Pour calculer sa pension de retraite, ce traitement indiciaire est multiplié par le pourcentage de liquidation. Ce dernier dépend du nombre de trimestres liquidables, c’est-à-dire de sa durée d’assurance vieillesse auprès du Service des retraites de l'État (SRE) pour les agents de la fonction publique d’État ou de la Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL) pour les agents de la fonction publique territoriale et hospitalière.

Enfin, selon la situation du fonctionnaire (parent d’enfants, bénéficiaire d'un temps partiel de droit pour élever un enfant de moins de 3 ans, etc.), le calcul de sa pension peut être soit minorée, soit majorée.

La retraite complémentaire

Une fois à la retraite, la pension de retraite de base des fonctionnaires est complétée par une pension appelée retraite additionnelle de la fonction publique (RAFP), versée par la caisse des pensions civile et militaire (pour les fonctionnaires d’État) ou de la CNRACL (pour les fonctionnaires territoriaux et hospitaliers).

Comme les salariés du privé, cette retraite complémentaire fonctionne sur un système de points acquis par les fonctionnaires grâce à leurs cotisations. Selon le nombre de points accumulés, une fois à la retraite, les fonctionnaires reçoivent une pension complémentaire soit sous la forme d’un capital, soit sous la forme d’une rente. Le calcul de cette pension s’obtient en multipliant le nombre de points accumulés par la valeur de service du point en vigueur, actuellement de 0,04764 euros, et par un coefficient de majoration qui varie en fonction de l’âge de départ à la retraite du fonctionnaire.

Calcul de la retraite d’un travailleur indépendant

Le régime de retraite des travailleurs indépendants et les règles de calcul de leurs pensions dépendent de leur statut.

Les travailleurs indépendants assimilés salariés

On parle de travailleurs indépendants assimilés salariés pour désigner les gérants d'une société à responsabilité limitée (SARL), les présidents ou directeurs généraux de société anonyme (SA), les présidents de société par action simplifiée (SAS), et les dirigeants de société coopérative de production (Scop).

Ces derniers dépendent du même régime de retraite que les salariés du privé. Ils cotisent à la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav) pour leur retraite de base et à l'Agirc-Arrco pour leur retraite complémentaire.

La pension de retraite des travailleurs indépendants assimilés salariés dépend de leurs cotisations auprès de ces deux organismes, cotisations qui sont proportionnelles au revenu qu’ils tirent de leur activité.

Les artisans, commerçants et industriels

La pension de retraite de base des artisans, commerçants et industriels est calculée sur la base de leur revenu annuel moyen (moyenne de leurs meilleurs revenus cotisés pendant leurs meilleures années d'activité définies selon leur année de naissance), de leur taux de retraite calculé d’après leurs cotisations patronales et salariales, et de leur durée d'assurance, tous régimes confondus.

Depuis 1973, la pension de retraite de base de ces travailleurs indépendants est calculée de la même manière que celle des salariés du privé. Ils bénéficient aussi, depuis 2013, d’un régime de retraite complémentaire calculé en points.

Les professions libérales

Les professions libérales dépendent pour leur retraite de la Caisse nationale de l'assurance vieillesse des professions libérales (CNAVPL) ou de la Caisse nationale des barreaux français (CNBF).

Leurs pensions de retraite de base sont calculées en fonction de leurs cotisations déterminées en pourcentage de leurs revenus professionnels. Leur retraite complémentaire est basé sur un système de points dont la valeur actuelle est de 0,5731 euros.

Des outils pour estimer le montant de sa future pension de retraite

Consulter son relevé individuel de situation

Le relevé individuel de situation est un document qui est envoyé tous les 5 ans à tous les futurs retraités à partir de l’âge de 35 ans par leur caisse de retraite. Il récapitule l’ensemble des droits acquis dans chacun des régimes de retraite de base et complémentaire.

À partir de 55 ans, ce relevé individuel de situation comporte également une estimation de sa future pension de retraite.

À savoir : à partir de 45 ans, chaque futur retraité peut bénéficier d’un rendez-vous gratuit et personnalisé pour faire le point sur sa carrière professionnelle avec un expert d’un de ses organismes de retraite qui peut, à cette occasion, aussi estimer le montant de leur future retraite.

Des simulateurs en ligne à disposition

Il existe aujourd’hui des simulateurs mis à disposition en ligne pour le grand public qui permettent de calculer au plus près, et facilement, le montant de sa future pension de retraite.

Les salariés du privé, les fonctionnaires et les travailleurs indépendants disposent ainsi d’un outil proposé notamment par le site Info Retraite qui permet de s’approcher au plus près du montant de leur future pension. Il suffit pour cela de s’enregistrer sur le site et d’accéder à son compte retraite personnel.

De la même manière, l’Assurance retraite permet d’accéder à une estimation du montant de sa future pension de retraite, et à plusieurs simulations selon les situations, en se connectant à son espace personnel.

En matière de retraite complémentaire, l’Agirc-Arrco propose également à ses cotisants un simulateur disponible en ligne pour calculer le montant de leur future retraite complémentaire.

Pour les agents de la fonction publique territoriale et hospitalière, la CNRACL propose le simulateur M@rel (également disponible pour les autres statuts de salariés sur le site Les Services d’Info Retraite) qui permet d’obtenir, quel que soit son âge, une estimation de sa future retraite, mais aussi de personnaliser ces estimations.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers