Vous êtes ici : Le guide de la Finance > Placements > Plan Épargne Retraite > Quel est l'âge idéal pour ouvrir un Plan Epargne Retraite (PER) ?

Quel est l'âge idéal pour ouvrir un Plan Epargne Retraite (PER) ?

Quel est l'âge idéal pour ouvrir un Plan Epargne Retraite (PER) ?

C’est la loi Pacte de 2019 qui modifie et assouplit le plan épargne retraite avec pour objectif de redynamiser et développer l’épargne des Français tout en profitant à la croissance des entreprises.

Le PER remplace donc à cette date les précédents PERP et autres contrats Madelin et Article 83. Plus souple que les précédents, le PER permet de constituer un capital pour préparer sa retraite. Mais comme avec tout produit d’épargne de long terme, se pose la question de l’âge de souscription. Quel est l’âge optimal pour souscrire un PER ? Notre réponse à suivre.

Un plan épargne retraite ou PER, c’est quoi ?

Un PER donne aux actifs un moyen de constituer et de faire fructifier leur épargne en vue d’un complément de revenus au moment de l’âge du départ à la retraite. Il s’agit d’un placement dit tunnel ou l’argent versé n’est récupérable qu’à la retraite sous la forme d’une rente viagère ou d’un capital. Les Français ouvrent majoritairement une assurance vie pour épargner en vue d’un complément de retraite. Afin de rendre le PER plus attractif, la loi Pacte a permis de :

  • Simplifier sa gestion ;
  • Améliorer les conditions de sortie avec des déblocages autorisés par anticipation notamment l’acquisition d’une résidence principale.
  • Alléger la fiscalité avec une réduction d’impôt en entrée ou en sortie.

Le nouveau plan épargne retraite dispose de trois compartiments à savoir le PER individuel, le PER collectif et le PER catégoriel. Les versements volontaires ou obligatoires sont investis sur des fonds en euros ou des unités de compte. Le rendement est plus ou moins élevé en fonction de la stratégie d’investissement : sécurisé avec un capital garanti ou risqué, mais plus performant à long terme sur les marchés financiers.

Existe-t-il un âge optimal pour souscrire un plan épargne retraite ?

Tout un chacun peut ouvrir un PER individuel quel que soit l’âge (de 18 à 68 ans), le statut professionnel (salarié, TNS, chômeur) ou les revenus disponibles. Néanmoins, pour ce dernier critère, il est préférable d’être soumis à une forte imposition. La déduction fiscale accordée à l’entrée des versements est calculée par rapport à la tranche marginale d’imposition. À partir d’une TMI de 30 %, l’avantage fiscal devient intéressant. Cet avantage fiscal n’est pas obligatoire à l’entrée. Il peut être tout à fait reporté au moment du déblocage des fonds à la retraite. Les PER collectif et catégoriel, quant à eux, sont réservés aux salariés.

L’âge idéal pour ouvrir un PER

Même s’il n’y a pas d’âge minimal requis pour ouvrir un PER, il est communément admis qu’épargner tôt pour sa retraite permet de capitaliser davantage. Trop tôt, l’épargne peut impacter sur le reste à vivre en raison de revenus encore insuffisants, mais a contrario l’épargnant peut alimenter son PER à très long terme. Trop tard, la constitution du capital peut s’avérer insuffisante pour offrir un complément de retraite, mais a contrario le senior a une meilleure vision de sa situation financière future. Les experts tentent de s'accorder sur un âge idéal pour ouvrir un PER situé aux alentours de 40/45 ans. À une vingtaine d’années du départ à la retraite, il est plus facile d’estimer ses besoins pour adapter en conséquence son effort d’épargne. L’autre argument avancé est qu’en fin de carrière, les revenus sont plus élevés tout comme sa TMI qui offre un gain fiscal plus avantageux. Un taux de remplacement inférieur à 30 % permet à l’épargnant d’être peu imposé en sortie sur la rente ou le capital.

Ouvrir un PER avant 45 ans

Avant 45 ans, ouvrir un PER peut être contraignant, surtout en cas d’aléas de la vie. L’épargne est bloquée. Sauf conditions strictes de sortie anticipée, le jeune actif ne pourra récupérer son capital qu’à 62 ans (âge légal actuel de départ à la retraite). Peut-être vaut-il mieux dans ce cas se tourner vers une assurance vie ou le capital reste disponible à tout moment. À noter qu'il est possible d’interrompre les versements sur un PER et de les reprendre plus tard. Avec un plan épargne retraite individuel, les versements sont libres, volontaires, ponctuels ou programmés et non plafonnés. Il n’y a donc aucune obligation d’y déposer de l’argent.

Où souscrire un plan épargne retraite ?

Près de 3 millions de Français ont ouvert à ce jour un PER ou transféré leur ancien PERP. De nombreux acteurs proposent ce produit d’épargne comme :

  • les banques traditionnelles ;
  • les banques en ligne ;
  • les assureurs ;
  • les organismes de mutuelle ;
  • les gestionnaires d’actifs
  • les conseillers en patrimoine, etc.

Le plus judicieux pour ouvrir un PER à l’âge idéal de 45 ans est de mettre en concurrence les différentes offres pour choisir la meilleure et la mieux adaptée à son profil. Un comparateur en ligne gratuit permet de visualiser en quelques minutes diverses propositions de PER provenant de distributeurs différents. Il faut être vigilant sur plusieurs critères sachant que le transfert d’un PER engage des frais avant cinq ans de détention. Le choix du contrat doit tenir compte notamment :

  • De la variété des supports pour diversifier ses placements.
  • De la performance de l’investissement sur les fonds en euros.
  • De la souplesse des versements (montant, fréquence) en fonction de ses revenus.
  • Des frais peu impactant sur le capital et les plus-values.
  • D’une gestion adaptée à son profil de risque et à sa stratégie d'investissement.
  • Des modalités de sortie.
  • De la part du capital garanti.
  • Des garanties complémentaires comme la perte d’autonomie, le décès.

Pour conclure, l’âge idéal pour ouvrir un plan épargne retraite semble se situer vers 40/45 ans soit une vingtaine d’années avant la retraite. Plus que l’âge, c’est avant tout la situation professionnelle et les revenus qui doivent être stables. L’effort d’épargne consenti doit s’intégrer aisément dans le budget si le titulaire souhaite un complément de revenu suffisant au moment de la retraite. De plus, cet âge laisse le temps de valoriser son épargne avec des investissements sur les marchés financiers plus risqués, mais sur le long terme, beaucoup plus performants que des fonds en euros. Le bon ratio est vraisemblablement deux tiers en unités de compte et un tiers en fonds euros. Le capital est totalement sécurisé sur des fonds en euros à deux, trois ans de la retraite. De la bonne gestion du PER (en gestion libre, évolutive ou mandatée) dépend la valorisation du capital et donc in fine des plus-values.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers