Vous êtes ici : Le guide de la Finance > Crédits > Crédit Consommation > Micro-crédit : qu'est-ce que c'est ? Pour quelle utilisation ?

Micro-crédit : qu'est-ce que c'est ? Pour quelle utilisation ?

Micro-crédit : qu'est-ce que c'est ? Pour quelle utilisation ?

Le micro-crédit désigne un type de crédit à la consommation essentiellement destiné aux personnes dont la situation financière et/ou professionnelle est précaire et qui ne peuvent pas obtenir de prêt auprès du système bancaire classique.

Un micro-crédit doit financer un projet professionnel destiné à améliorer leur situation. Les emprunteurs sont accompagnés dans le montage de leur dossier de demande d’un tel crédit par des acteurs de l’accompagnement social. La possibilité de souscrire un micro-crédit existe aussi pour les professionnels.

Le micro-crédit pour ceux qui sont exclus du système bancaire classique

Le micro-crédit, plus souvent appelé micro-crédit personnel, s’adresse aux particuliers majeurs (ou mineurs émancipés) qui ne peuvent pas obtenir un prêt auprès du système classique bancaire en raison de leurs faibles revenus ou de leur situation professionnelle précaire car ils sont en contrat à durée déterminée (CDD), en intérim, en contrats saisonniers ou au chômage par exemple.

Compte tenu de leur situation économique fragile, les banques et les établissements financiers en général leur refusent le plus souvent la possibilité d’emprunter. C’est pourquoi le micro-crédit, un type de crédit à la consommation, a été mis en place. Il a pour objectif d’aider ces emprunteurs à pouvoir financer un projet personnel destiné à améliorer leur situation.

Un micro-crédit permet d’emprunter des sommes relativement modestes, qui vont de 300 à 3 000 ou 5 000 euros. Les délais de remboursement octroyés dans le cadre de ce type de prêt sont en principe de 6 mois à 3 ou 5 ans. Le taux d’intérêt d’un micro-crédit est toujours fixe et les mensualités de remboursement sont constantes.

La particularité du micro-crédit réside dans le fait que les emprunteurs ne s’adressent pas au réseau bancaire classique pour obtenir ce type de prêt. Un micro-crédit suppose en effet de passer par le biais d’un réseau d’accompagnement social (une association à vocation sociale, une association d’insertion ou de lutte contre l’exclusion, une régie de quartier, une maison pour l’emploi, un centre communal d’action sociale, etc., qui adhèrent au dispositif du micro-crédit personnel).

Ce sont ces organismes qui aident les emprunteurs à monter leur dossier en vue de la demande d’un micro-crédit, et qui évaluent le bien-fondé d’un tel projet. Dans tous les cas, le montant à emprunter et les modalités de remboursement sont adaptés à la situation budgétaire de chaque demandeur dont la situation financière et/ou professionnelle est fragile. Ce dernier doit néanmoins disposer d’une capacité de remboursement minimum.

Leur dossier de demande de micro-crédit est ensuite présenté par ces acteurs du réseau d’accompagnement social à une banque qui dispose d’un agrément pour proposer des micro-crédits. Cette dernière a tout le loisir, cependant, de refuser d’octroyer un micro-crédit.

De plus, ces organismes à vocation sociale qui aident les emprunteurs dans leurs démarches pour obtenir un micro-crédit assurent leur suivi tout au long de la durée de vie de ce type de prêt, en tant que référents. Si la banque qui a accordé un micro-crédit constate, par exemple, des difficultés dans le paiement des mensualités de remboursement, elle alerte aussitôt le référent social de l’emprunteur.

L’accompagnement est au centre du dispositif du micro-crédit, en plus d’aider les plus fragiles à financer des projets qui améliorent leur situation. Comme l’indique le site mesquestionsdargent.fr, le portail national de l’éducation économique, budgétaire et financière, « Le microcrédit, parce qu’il est accompagné, constitue un remarquable levier d’inclusion sociale et économique ».

Que peut financer un micro-crédit ?

Un micro-crédit est accordé essentiellement pour aider à financer l’acquisition d’un bien ou le recours à un service qui permet d’améliorer la situation des personnes fragiles financièrement.

C’est pourquoi le micro-crédit est le plus souvent utilisé pour, par exemple, aider au financement de l’achat d’une voiture, ou de la prise en charge de ses réparations, souvent nécessaire pour trouver un emploi. Il peut s’agir aussi d’acheter un ordinateur, un bien devenu plus qu’indispensable pour effectuer de nombreuses démarches administratives, de recherches d’emploi, etc. De la même manière, un micro-crédit peut être utilisé pour équiper son logement d’appareils électroménagers, de mobiliers, etc., indispensables à la vie quotidienne.

Un micro-crédit peut également servir à financer des services. L’emprunteur peut en effet utiliser les sommes empruntées pour, entre autres, financer une formation professionnelle, ou encore son permis de conduire. Des services utiles pour améliorer la situation des personnes les plus fragiles. Un micro-crédit peut aussi aider à payer des soins de santé qui sont non ou mal remboursés.

Le micro-crédit, aussi pour les professionnels

Le micro-crédit existe aussi pour les professionnels. On parle dans ce cas-là de « micro-crédit professionnel ». Ce type de prêt est destiné aux personnes qui souhaitent développer ou créer une entreprise mais qui ne disposent pas assez de revenus, qui sont chômeurs, ou encore qui n’ont pas une capacité de remboursement suffisante pour solliciter un prêt classique.

Le micro-crédit professionnel concerne des sommes de faibles montants destinées le plus souvent à financer l’achat d’un stock, de matériel, d’un véhicule, de trésorerie, etc. Son remboursement n’excède pas en général la durée de 36 à 48 mois et les taux d’intérêt appliqués varient en principe de 5 % à 7 %.

Pour espérer obtenir ce type de prêt, les personnes qui veulent être aidées financièrement pour créer ou reprendre une entreprise doivent remplir néanmoins certaines conditions. Comme l’indique le ministère de l’Économie « l’entreprise doit être en cours de création ou doit avoir moins de 5 années d’existence ; la personne qui sollicite le microcrédit doit le faire uniquement si elle n’a pas pu obtenir un crédit bancaire ; le besoin de financement ne doit pas excéder 10 000 euros ; et une personne doit pouvoir se porter garante à hauteur de 50 % du micro-crédit accordé ».

L’obtention d’un micro-crédit professionnel nécessite de passer par des organismes habilités à proposer ce type de prêt. Le principal est l’Association pour le droit à l’innovation économique (ADIE), mais des banques agréées peuvent également proposer un micro-crédit professionnel.

 
 

Comparateur Crédit Conso
En moins de 3 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers